11 mai 2010

Pas si bête l'animal

B_te_et_m_chant_2Bête et méchant ( paroles et musique d'Olivier Delafosse dit Oldelaf, illustrations d'Anne Royant , éditions Milan Jeunesse, collection Tintamarre)


 La collection Tintamarre chez Milan fait de nouveau très fort avec ce livre-cd de l’artiste compositeur Olivier Delafosse que l’on connaît mieux sous le nom de Oldelaf.

Le principe de cette collection est dixit : « de faire découvrir aux enfants les nouveaux talents de la scène française ». Enfin, nouveau, je ne suis pas tout à fait d’accord. Du moins pour Oldelaf. Parce que ce monsieur est connu depuis 10 ans déjà. Oldelaf et Monsieur D (Frédéric Draps) ont créé un duo de chanson française humoristique en 2000. Il a ensuite joué avec le groupe les Fatals Picards et depuis 2010, il entame une carrière solo.

« Bête et méchant » est donc son premier projet solo. Et ça dépote dès les premières notes. Sur fonds de guitare acoustique, Oldelaf nous présente le petit garçon héros de ses chansons. Michel est un vilain gamin atroce ignoble qui ne pense qu’à torturer les animaux. Mais, évidemment, un jour tout se paye et Michel un jour se réveille avec une sensation étrange. Le monde autour de lui n’est plus le même. Ses parents ont disparu et dans la rue, les animaux ont pris la place des humains. Michel va alors partir à la recherche de ses pairs et va faire de drôles de rencontres.

Entre chaque morceau musical, Oldelaf commente les aventures de Michel et il s’en donne à cœur joie. Jeux de mots, commentaires saugrenus agrémentés d’un ton légèrement inconvenant et nous voici embarqués dans un monde complètement loufoque. Un ver de terre qui rêve d’être musclé pour ressembler à Jean-Claude Van Damme et pouvoir chanter comme Bernard Minet (et oui !), une coccinelle qui a perdu ses tâches (tiens ça me rappelle une histoire de vache ça, pas vous ?), Toufy l’huître qui veut se suicider car elle a l’zona et l’hépatite des doigts ( pour une huître c'est difficilement acceptable) et des chats karatékas à l’assaut des bacs à sable. Longue liste de personnages animaliers tous aussi débiles et attachants les uns que les autres.

 

L’interprétation vocale d’Oldelaf n’est pas en reste. Il maîtrise l’art de la narration, se mue en conteur puis enchaîne les chansons d’une voix claire, assurée mais avec ce qu’il faut de gouaille, de vieux fonds« rock’n’roll » pour ne pas donner un effet trop propret à l’ensemble.

L’illustration d’Anne Royant s’accorde à merveille à cet univers déjanté.

Le punk pour enfants est-il né ?

Avec une petite morale quand même sur la fin. Oui l’histoire se termine bien, tout rentre dans l’ordre et les enfants peuvent aller se coucher le sourire aux lèvres. Ouf !


Commentaires sur Pas si bête l'animal

Nouveau commentaire